24 Heures du Mans 1980
Prix des places:
A
B
Enceintes populaires:
Enceintes des tribunes:
Camping du Houx:
Garage vert:
65 F.
150 F.
100 F.
80 F.*
50 F.
90 F.
80 F.
40 F.*
9 et 10 juin: le pesage:

Six BB 512 se présentaient au pesage. Trois anciens modèles (version 79) et trois nouvelles voitures (deux Pozzi et une Nart) passablement modifiées: carrosseries mieux profilées et surtout gain de poids: 1066 kg (n°74, Nart), 1093 kg (n°76, Pozzi) et 1096 (n°77, Pozzi), et 1211 (n°75, Pozzi)), 1196 (n°78, Emka) et 1148 (n°79, Bellancauto). Les belles italiennes étaient opposées à huit Porsche 935, quatre BMW M1, deux chevrolet, une Mazda et une Toyota. Jean-Claude Andruet, sur la 77 faisait équipe avec Claude Ballot-Léna.

Tarif A: Normal
Tarif B: Sociétaire ACO
*A: Réservé
*B: Non réservé
11 et 12 juin: les essais:

Intouchables aux essais, les 935 K3 faisaient un festival, puisque Fitzpatrick signait le... deuxième temps (3'40"2), s'adjugeant une place en première ligne loin devant Rahal (3'51"8) septième ligne et John Paul en huitième ligne. Juste derrière, on retrouvait la Ferrari d'Andruet et Ballot-Léna, quatrième du groupe IMSA. Régulièrement qualifiée, la voiture du Nart ayant cassé un moteur durant la séance du jeudi ne pouvait prendre le départ.

14 et 15 juin: la course:

C'est un déluge qui s'abattait sur la piste -et alentour- peu avant le départ. Dans ces conditions dantesques, Ballot tentait de maintenir une position honorable, mais après vingt cinq minutes de course il devait rentrer au stand victime de problèmes d'allumage. La 77 repartait après un arrêt de 17 minutes, à la cinquantième place. S'en suivait une remontée qui les menait à quinzième place après dix heures de course. Hélas, la mécanique en décidait autrement, et ils abandonnaient peu avant la mi-course.